Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
feobus
Description du blog :
Ce blog regroupe des articles sur les Afro Antillais, qui font l'actualités dans le monde.
Catégorie :
Blog Actualité
Date de création :
28.03.2007
Dernière mise à jour :
27.09.2014

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Acteurs et actrices noirs (294)
· Actualités (1473)
· Astuces (179)
· Beauté (103)
· Ecrivains (132)
· Entreprise (98)
· Europe (0)
· Fait divers (2)
· Géopolitique (4)
· Histoire (1033)
· Hommes et Femmes noirs illustres (649)
· Hommes et Femmes politiques Africains (59)
· L'Egypte et ses Dieux (75)
· L'humeur du jour ! (89)
· La française la plus riche de France (1)
· Les dictateurs américains (4)
· Les dictateurs asiatiques (6)
· Les dictateurs d'Afrique (11)
· Les ditecteurs Européens (13)
· Les Dynasties en France (1)
· Les inventeurs noirs (26)
· Les présidents Français (22)
· Les Rois de France (102)
· Mannequins (83)
· Musiques (1215)
· Opportunités d'Affaires (2)
· Parcours d'inconnus (2)
· Plages Biarritz - Bayonne- Anglet (5)
· Plages et photos de Guadeloupe (51)
· Plages et photos de la Corse (16)
· Politique (35)
· Politique Française (65)
· Proche Orient (0)
· Religions (153)
· Santé (19)
· Sports (540)
· Succes Stories (222)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or feobus
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Yelena noah
· Serena Williams pose nue
· Emanuela de Paula
· Julia chanel
· Julia chanel

· Jean-Marc Mormeck a perdu
· Serena Williams
· serena williams
· Nona Gaye
· Kareen Guiock, destination M6
· JADA FIRE
· Kimbo Slice
· Taís Araùjo
· Vanessa & Angela Simmons
· Julia Chanel

Voir plus 

Statistiques 7036 articles


Thèmes

afrique bienvenue bonjour bonne bonne journée chez citation enfants extrait femme film france

Derniers commentaires

puain mais c'est tellement faux votre analyse , pour vous dire le nombre d hommes blancs jeune beau qui m'onts
Par Anonyme, le 25.11.2014

frere elyôn est le vrai prophete ! oui, je crois qu'il serait judicieux d'analyser de plus près les écrit
Par jul, le 19.11.2014

quelle emouvante histoire!!! ca me fait plaisir de lire ton parcours. courage noella
Par Parfait KIPIMO, le 12.11.2014

... ou bien, mérovée n'est pas le fils de clodion mais d'un amant (bien humain) de sa mère !
Par Jean-Lucas PARON, le 05.10.2014

i am just seeming both for blog sites which give independent, nutritious commentary on all difficulties or blo
Par Smithe137, le 19.09.2014

Voir plus

RSS
Recherche

L'église à éffacer les prophètes noirs...

L'église à éffacer les prophètes noirs...

Publié le 09/06/2007 à 12:00 par feobus
Une autre chose qui m'amuse beaucoup est le fait que les noirs africains ne se posent pas vraiment la question de savoir s'il y a eu, au courant de l'histoire de l'humanité, certains Prophètes Noirs. La grande majorité des africains noirs sont le dimanche dans les Eglises "blanches", en train de prier "Jésus", en train de recevoir encore une fois un bon conditionnement collectif pour adorer le "Jésus" des Blancs, le "Jésus" de la Religion des esclavagistes colonisateurs.

Etant au Ghana en 2003, j'ai été vraiment fort étonné de constater, dans ce pays dont les côtes sont remplies d'endroits cumulant un grand nombre de forteresses... d'où les esclaves partaient vers les Amériques et autres marchés d'êtres humains de par le monde, dans ce pays qui, par ailleurs, est un des berceaux du panafricanisme, de constater donc sur place que la grande majorité du peuple est endormie par les Eglises Chrétiennes de tous plumages. Les radios ne font qu'émettre des discours de prédicateurs chrétiens, partout en bordure de route il n'y en a que pour Jésus : "Jésus loves you", "Jésus will save you", "Jésus is your guide", "Jésus will provide", etc. Dans un taxi sur deux on voit des autocollants, des petites affiches, des porte-clés faisant allusion à Jésus. Et dans un taxi sur deux également, on entend des chansons qui parlent de Jésus !

Où sont aujourd'hui les racines de tous ces Ghanéens ? Où est leur attachement aux traditions ancestrales, la fierté de leurs ancêtres ? Et la fierté de leur propre histoire, la fierté de leur grand passé, pourtant glorieux, où est-elle ? J'ai eu beaucoup pitié d'eux !

J'aime aussi nous faire réfléchir, nous Africains, sur le fait important que voici :

Partout sur la terre les peuples ont eu, à quelques moments de leur histoire, leurs Prophètes autochtones. Les Asiatiques ont des Prophètes Asiatiques, tels Bouddha, Krishna, Lao-Tse, Confucius, etc. ; les Sémites Arabes et juifs ont des Prophètes du Proche Orient, tels Moïse, Mahomet, Le Bab, Zoroastre, etc. ; les Américains, dont la civilisation est pourtant récente, ont quand même un Prophète de l'Amérique, Joseph Smith, initiateur des Mormons ; les Européens ont, depuis 2000 ans leur Prophète, "Jésus". Comment se fait-il que nous, noirs d'Afrique, nous n'ayons pas nos Prophètes noirs africains à nous ? Existe-t-il une seule raison pour que les noirs n'aient pas eu leurs propres Prophètes, au même titre et au même niveau que les autres peuples ? Y-a-t-il un seul motif explicable pour que les Cieux aient discriminé le peuple noir en matière de "Prophètes" ? La réponse est dans la question elle-même, c'est évidemment NON !

Alors, comment se fait-il que les noirs africains ne connaissent pas, ou alors ne connaissent plus, leurs Prophètes ? Pourquoi les ont-ils oubliés ? Pourquoi ne les vénèrent-ils pas... ou ne les vénèrent-ils plus, ou pas assez ? Pourquoi ne leur parle-t-on jamais d'eux dans les écoles, pendant les cours de Religion en Occident ? Oui, pour quelle(s) raison (s) ?

Tout d'abord, parce que la mentalité de "noir colonisé" imprègne les africains d'un complexe d'infériorité, et celui-là fait qu'ils ont, bien à tort, honte de leur histoire et de tout ce qui vient de chez eux. Leur esprit de "colonisé" leur fait regarder tout ce qui vient de l'homme blanc comme forcément le meilleur, le plus juste, le plus valable, comme beau et bon, comme "civilisé"... les noirs étant toujours, dans leurs têtes, des "sauvages".

Il ne faut pas oublier que le missionnaire blanc, le prêtre blanc, étaient pour leurs parents, leurs grands-parents... leurs arrière-grands-parents - et on peut remonter comme ça jusqu'à 25 générations en arrière ! les intermédiaires entre "Dieu" et le peuple noir "colonisé" ; la parole divine venait au noir à travers le missionnaire blanc et de ce fait, l'homme blanc recevait automatiquement le statut d'un être "supérieur" dans tous les cerveaux des noirs convertis au Christianisme. Et cette éducation s'est poursuivie, de génération en génération, sans remise en question de quoi que ce soit, juste en imitant bêtement, progressivement et ainsi, petit à petit, tout cela a abouti à la meute de "colonisés spirituels" que l'Afrique et sa diaspora compte aujourd'hui.

Puis il y a eu l'inquisition de l'Eglise Catholique Romaine en Afrique. C'est drôle de constater aujourd'hui ce que les Africains pensent et disent quand ils entendent le mot "Inquisition" : pour eux, celle-ci fait partie de l'histoire de l'Europe, c'est une histoire qui s'est passée entre des Européens au cours du Moyen Age. Encore un exemple prouvant à quel point les Africains sont perdus, à quel point ils ignorent tout de leur propre histoire, ce que nous pouvons aisément comprendre, car tout a été mis en œuvre pour qu'ils l'oublient, leur histoire !

C'est surtout l'Eglise qui s'est employé à ce long travail d'engourdissement des cerveaux : elle a fait tout son possible pour que les noirs oublient leurs Prophètes et leurs Religions authentiques. En effet l'Inquisition de l'Eglise Catholique Romaine, on peut même dire l'Inquisition de "la Chrétienté" a aussi sévi en Afrique.

Voici quelques exemples de Prophètes noirs :

a. Osiris : Le Grand Nègre Prophète Noir

Puisque nous allons parler des Prophètes africains, il me paraît logique de commencer par ce fameux personnage qu'est Osiris, le doyen des Prophètes noirs, que l'on appelle aussi l'ancêtre des grands Pharaons d'Egypte, car avec lui on est dans l'histoire la plus ancienne, celle de "l'Ancienne Egypte". Son tombeau fut découvert par un français, professeur d'Histoire des religions, Emile Amélineau (1850-1915). Que sait-on d'Osiris ? On le désignait comme le fils de Geb (la terre) et de Nout (le ciel), il était donc le fruit d'un métissage entre quelqu'un de la terre et quelqu'un du ciel ! Apparemment quelqu'un qui pouvait, lui aussi dire « mon père qui est dans les Cieux » !

Osiris était la personnification du bon, les écrits disent qu'il était envoyé pour triompher du mal, d'où son appellation "Wounnefer", ce qui signifie en égyptien ancien "Etre éternellement bon". Il donne de la nourriture et toutes sortes d'aliments au pays entier, qu'il parcourt pour enseigner la sagesse, l'agriculture, le rejet du cannibalisme, la culture de la vigne, l'utilisation et la conservation du vin, il indique quels sont les bons fruits à cueillir aux arbres et l'utilité de bien d'autres produits de la terre (céréales, blé). D'où l'amour que lui témoignaient les anciens africains qui voyaient en lui un envoyé du ciel (ce qu'il était en réalité).
Il fut aussi appelé "WSR" ou "Wousir" ce qui veut dire "le grand", "le puissant". Il disait entre autre :

« Je suis le seigneur de la Maât [vérité-justice] »
« je suis le Maître de l'Eternité »
« Je suis "celui qui est" »
« Je suis sur terre le premier des Amentiou
[ressuscité de parmi les morts] ».

Osiris est représenté sur les documents des Pyramides et sur des anciens monuments comme un "noir" de grande taille. Soulignons en appui, que le grec Plutarque qui, ultérieurement dans l'Antiquité, écrira au sujet d'Osiris et de son épouse, un... "Traité d'Isis et Osiris" y stipulera très clairement les caractéristiques physiques d'Osiris et que le tome 2 de l'encyclopédie historique réalisée sous le nom de "Histoire générale de l'Afrique" nous informe également que, dans leurs textes sacrés, les Egyptiens appelaient Osiris "Grand Noir" : "KEM-WR" (KEM = noir et WR = grand) et que sa femme se nommait Isis, ce qui signifiait "femme noire" !

Voici encore ce que mentionne un texte tiré des enseignements du sage Mérikaré (2070-2050 av. J.-C.) :

« Agis pour RA (le dieu suprême) [. ..]fais toutes ces choses pour lui, afin qu'en retour il en pourvoit les hommes. Car "Ra" a fait le ciel et la terre à leur intention, il a calmé pour eux V avidité des eaux, il a fait l'air pour donner le souffle à leurs narines, il les a créés à sa propre image ».

Il y avait donc bel et bien déjà une genèse en Afrique, où l'Ancienne Egypte fut appelée par ses habitants "KEMET", non pas au regard de la couleur de la terre, mais pour signifier qu'il s'agit d'une contrée civilisée, tout simplement habitée par des hommes noirs, car "KEMET" signifie "terre (ou cité) de la science de l'homme noir". D'ailleurs le déterminatif Nwt [Niout] est souvent utilisé après le mot "Kemet", or, il symbolise une cité qui est administrée : une cité civilisée.

Cependant, Vexamen des textes religieux et des récits des anciens démontrent que c'est aussi pour des raisons spirituelles liées à l'épopée d'Osiris [représentant le bien] et de Seth [représentant le mal] que les premiers pharaons ont choisi le nord-est de l'Egypte pour édifier leur première grande ville : Memphis. Ainsi, l'historien grec, Diodore de Sicile, déjà cité plus haut [au Chapitre 3] écrira plus tard que Osiris aurait conduit son peuple du sud vers la vallée du Nil (cf. Diodore de Sicile, Livre III).

Lorsque les Egyptiens représentent les Divinités dans leur fonction symbolique, leur couleur change, exemple : Osiris est peint en vert pour symboliser la végétation, c'est l'Osiris végétant. Dans d'autre cas, les divinités, dont notamment les déesses, sont représentées en couleur or. L'or est en effet la chair des Dieux pour les Africains.

Le Grand Prophète Noir Osiris fut vénéré dans toute l'Egypte (Abydos, Héliopolis, Athribis, etc.), le récit de sa vie est le centre même des textes religieux de Kemet (l'ancienne Egypte). Vers 1985 avant J.-C. il existait même une école théâtrale à Abydos qui donnait des représentations des mystères d'Osiris.

Par la suite Osiris est devenu Dionysos dans la tradition grecque. A son tour Dionysos est devenu Bacchus dans la tradition romaine. L'écrivain Grec Plutarque (50-125 après J.-C), dans sont "Traité sur Isis et Osiris" à propos de Cléa confirme pour nous cet emprunt grec :

« Qu 'Osiris ne fasse qu 'un avec Dionysos, qui pourrait le savoir mieux que toi Cléa, toi la supérieure des Thyades de Delphes [prêtresses de Dionysos], qui fut consacrée par tes père et mère aux rites Osiriens ? »

Que nous apprend encore l'historien grec Diodore de Sicile ? Que la mission d'Osiris relaté dans les Textes sacrés égyptiens fut, entre autres, de sillonner toute la terre habitée pour civiliser l'humanité et faire en sorte qu'elle abandonne définitivement le cannibalisme et découvre les vertus divines :

« II quitta l'Egypte avec toute son armée pour son expédition, avec à ses côtés son frère que les Grecs appèlent Apollon. A ce qu'ils disent, c'est celui-ci qui découvrit le laurier et tous les hommes en couronnent particulièrement ce Dieu. Il attribue la découverte du lierre à Osiris et le consacre à ce Dieu-Prophète, tout comme les Grecs pour Dionysos [...] Des spécialistes en agriculture accompagnaient aussi Osiris [...] Il parcourut ensuite les autres peuples et passa en Europe en traversant l'Hellespont [...] En Thrace il tua le roi des Barbares, Lycourgos, qui s'opposait à ses actions, il y laissa Maron qui était dès lors âgé, pour veiller aux plantations qu'il avait faites en ce pays et en fit le fondateur de la ville qui porte son nom et qu 'il nomma Maronéia. Il laissa aussi Macédon comme roi du pays qui fut dénommé d'après lui Macédoine ».

On pourrait comprendre par là que les Africains anciens, répondant à un appel divin du ciel, par le biais de Osiris, ont sillonné la terre pour enseigner aux hommes leurs connaissances. On trouve aussi là l'origine de la couronne de lauriers que portèrent par la suite les empereurs romains. Enfin, l'archéologie antique montre que les temples édifiés à cette époque, possèdent la même orientation astrale que les temples de Nubie, de l'ancienne Egypte.

Ainsi on trouve assis sur le premier trône "divin" dans l'histoire des religions comme "Prophète" envoyé par les Cieux sur terre, Osiris, un noir, un nègre... Osiris Kem-Our, en ancien égyptien, "Osiris le Grand Noir"... des détails à ce propos se trouvent dans "le Livre des morts" de Nebqued (1320 avant J.-C). (voir l'illustration en page I du cahier central)

Et, précisons que les anciens égyptiens, donc les lointains ancêtres des noirs africains étaient polythéistes, qu'ils vénéraient des dieux-créateurs (au pluriel), un peuple venu du ciel, dans des "disques solaires" (des soucoupes volantes).


b. La Prophétesse Kimpa Vita : brûlée vive par l'Eglise

Kimpa Vita fut fondatrice d'une religion appelée "les Antoniens" ou "Kimpasi", religion qui agita tout le Royaume du Kongo au début du XVIIIème siècle. A ce moment là l'esclavagisme était en plein essor, c'était la première activité "commerciale" au sein du Royaume.

C'est elle, Kimpa Vita qui fut, dit-on, la première à se rebeller contre la domination étrangère. Ce qui lui était tout à fait possible en tant que femme, car à cette époque-là la société du Royaume Kongo était une société matriarcale : la filiation des individus se faisait en lignée féminine. Le pouvoir n'appartenait qu'en apparence aux hommes ; à la tête du Royaume Kongo était un homme, le roi, mais aux femmes étaient reconnues des attributions essentielles, aussi bien en politique qu'en religion.

Ses parents lui ont donné le nom africain de "Kimpa Vita", Kimpa signifie "ruse" et Vita signifie "guerre" ou "guérilla", son nom chrétien est Dona Béatrice, elle est née en 1684. En Kikongo, langue du Bas-Kongo, son mouvement Religieux porta le nom de "Kimpasi".

Kimpa Vita était une fille issue de la noblesse du peuple Kongo, toute jeune elle entend parler d'une vieille femme, nommée Matuffa, qui parcourt la campagne et les villages en annonçant la venue d'une jeune prophétesse noire, tout en disant que des "anges" noirs du ciel lui étaient apparus, dont "Saint-Antoine" (patron des humbles et des démunis). Kimpa Vita rencontre cette vieille femme appelée Matuffa et c'est soudain son "intronisation" comme Prophétesse.

A son tour Kimpa Vita rencontre l'ange (du grec "angelos", étymolo-giquement "messager venu du ciel") Antoine qui lui dicte la mission qu'elle aura à accomplir.

Kimpa Vita avec ses disciples, appelés "anges", vont prêcher dans tous les coins du Royaume Kongo, en disant entre autres : "les missionnaires blanchissent Dieu à leur profit... c'est ainsi qu'ils ont béni les bateaux négriers", ou encore, "dans les cieux, sur la planète des éternels, au paradis... il y a des noirs, il y a des Kongos".

Kimpa Vita fait des "guérisons" tout comme Jésus, Kimbangu, etc. Il est dit que d'un simple attouchement par exemple la jeune femme rendit féconds des ventres stériles.

Elle appela le peuple Kongo à édifier une société plus humaine, sans faste et sans misère, sans maître et sans esclave, semblable à la société où sont vivants leurs ancêtres sur leur planète céleste.
Il est dit que pendant les séances de prières des Antoniens les Dieux furent invoqués avec des gestes "obscènes", sexuels, et que au cours de leurs cérémonies les participants se livraient à des relations sensuelles, charnelles. Ceci lui valut, de la part de l'Eglise Catholique, l'accusation d'être une femme de mauvaise vie, possédée par le Diable... d'autant plus qu'elle vivait avec deux hommes. Il est dit aussi qu'elle enseignait aux femmes à ne plus avoir peur, ni du lendemain ni du surlendemain, de se libérer du contrôle des hommes et de prendre leur juste place dans la société... il faut dire qu'à cette époque-là la position officielle de l'Eglise Catholique était simple : la femme n'avait pas d'âme (pas plus que les animaux !). Cependant les messages de Kimpa Vita étaient extrêmement révolutionnaires et ils recueillaient un vaste succès.

Elle commença ses prédications et ses enseignements en 1702. Elle prit alors la tête du mouvement de redressement national de son époque. Elle enseignait des choses éminemment subversives. On rapporte qu'alors que la traite des esclaves noirs avait développé un racisme déclaré de la part des blancs, elle plaida avec un pouvoir de conviction exceptionnel l'égalité absolue entre les noirs et les blancs. Le nombre de ses fidèles s'accrut dans des proportions considérables puisque Bernardo da Gallo, un historien, rapporte que presque tout le Royaume adhéra au Mouvement Kimpasi de Kimpa Vita, or elle était à peine âgée de vingt ans ! Ce faisant, elle mit en danger les missionnaires et les deux rois concurrents de l'époque, mais aussi - et peut-être surtout - le très florissant et fort lucratif trafic des esclaves.

En 1704 l'Eglise Catholique l'accusa de "sorcellerie", elle fut une première fois arrêtée par les missionnaires, qui durent la relâcher, sous la pression du peuple. En 1706 elle eut un enfant de l'un de ses compagnons, alors l'Eglise Catholique orchestra une vaste campagne de calomnies contre la "fausse sainte", la "soi-disant vierge noire", et l'Eglise proclama qu'elle était une envoyée du diable, elle fut à nouveau arrêtée mais son procès, digne des tribunaux de l'Inquisition, divisa cette fois le Royaume et personne ne voulut assumer la responsabilité de son exécution, pas même le roi Pedro IV. C'est finalement l'Eglise Catholique elle-même qui prononça la sentence en forçant le Conseil Royal à la suivre. La peine prononcée fut celle imposée aux sorcières : la mort par le feu.

Elle fut saisie sur les ordres de missionnaires italiens (au service du Vatican), ceux qui tiraient les ficelles furent deux pères capucins, Laurenzo da Luca et Bernardo do Gallo, grands bastonneurs et brûleurs de villages au Kongo, ayant à leur service des troupes portugaises pour capturer les Kongos et les forcer au baptême chrétien catholique.

Lors de son procès, le père capucin Bernardo do Gallo lui posa la question suivante :

« Dites moi si au ciel il y a des Noirs du Kongo et sont-ils là avec leur couleur de Noirs ? ». Kimpa Vita répondit : « au ciel il y a des Noirs du Kongo et des adultes qui ont observé la loi de Nzambi [Yahvé] ; mais ils n yy ont pas la couleur du Nègre ni du Blanc, parce que, au ciel, il n'y a aucune couleur. »

Kimpa Vita fut brûlée vive en public avec plusieurs de ses adeptes le Dimanche 2 juillet 1706, exécutée par des moines capucins, missionnaires. Mais en quatre années de prédications seulement, avant qu'elle-même ne soit brûlée, ses idées, elles, avaient réussi à mettre le feu dans tout le Royaume. Avant de mourir elle annonça la venue d'un autre Prophète qui viendrait achever son œuvre, un christ noir qui viendrait montrer au peuple noir le chemin à suivre vers sa libération ; elle annonçait ainsi la venue du Prophète Simon Kimbangu.

En brûlant vive sur le bûcher - en même temps que plusieurs de ses disciples et aussi son jeune fils - elle ne cessait de répéter que les Cieux feront naître et venir un autre Prophète pour arrêter l'esclavage et sauver l'homme noir. Il est "normal"... ou plutôt facilement "compréhensible", que les livres d'histoire de l'Occident se montrent très peu bavards à son sujet.


c. Le Prophète Simon Kimbangu : emprisonné, condamné, torturé à mort par l'Eglise et ses valets de la dynastie belge

Les peuples du Royaume Kongo, tellement maltraités par les missionnaires européens se sentaient profondément désabusés, le déclin du royaume était absolu et la détresse de ses habitants y était à son comble ; par dessus tout ça les puissances coloniales, réunies en conférence à Berlin (1884-1885) venait, honteusement, de se partager entre elles l'Afrique, en créant arbitrairement, rien que par des traits sur une carte, des frontières totalement artificielles, ne tenant pas plus compte des groupes sociaux homogènes de populations que des frontières naturelles des royaumes, empires et sultanats existants. Les Dieux dans les cieux, contemplant ce désastre, décidèrent alors de faire naître un autre Prophète.

Ainsi, Simon KIMBANGU, dont le nom signifie : "Celui qui révèle les choses cachées", naquit à Nkamba, petit village du Kongo-Central, le 12 septembre 1887.

A partir de 1910, Simon Kimbangu commence à entendre l'appel de l'Esprit de Yahvé qui lui demande de "paître son troupeau". A plusieurs reprises, Kimbangu refuse d'obéir à l'appel en expliquant qu'il n'est pas à la hauteur d'une si haute et importante mission. Il se réfugie même à Léopoldville [l'actuelle Kinshasa] pour échapper à la "Voix", et trouve du travail aux Huileries de Kinshasa. Il y travaille sans être rémunéré, et déçu, il revient à Nkamba, où, le 6 avril 1921, au hameau de Ngombe Kinsuka, l'Esprit de Yahvé lui intime l'ordre de ressusciter une petite fille, Nkiatundo, qui venait tout juste de mourir.

Ce premier "miracle" de Kimbangu va amorcer ce que les historiens ont appelé le "semestre effervescent" (du 6 avril au 12 septembre 1921), une intense période de prédication et de miracles qui va secouer l'Empire Colonial Belge, l'Angola et même le Kongo Français.

Dès le mois de juin 1921, suite aux persécutions coloniales, principalement orchestrées par les Missionnaires Catholiques et Protestants qui voient les églises chrétiennes se vider progressivement de leurs fidèles, le Grand Prophète Kimbangu entre en clandestinité et séjourne notamment à Mbanza-Nsanda où il fera la terrible Prophétie dont vous pouvez lire un extrait au bout de cette courte biographie de Simon Kimbangu.

Le 12 Septembre 1921, le Grand Prophète Kimbangu est arrêté puis transféré à Thysville (Mbanza-Ngungu) où il est sommairement jugé et condamné à mort. Mais peu après, le Roi des Belges, Albert 1er commue cette peine en prison à vie. Le Grand Prophète Kimbangu est alors acheminé, manu militari, à Elisabethville (Lubumbashi), au Katanga, où il passera 30 ans (TRENTE ans !) dans une minuscule cellule de 0,80 m par 1,20 m, sans aération et sans condition hygiénique appropriée. Comme lit, le Prophète Kimbangu ne disposait que d'un bloc de ciment. Chaque matin, Kimbangu était plongé dans un profond puits contenant de l'eau froide et salée, ceci en vue d'accélérer sa mort !

Deux jours avant sa mort, soit le 10 octobre 1951, le Grand Prophète Kimbangu annonça à ses codétenus que sa détention allait se terminer et qu'il mourrait 2 jours plus tard : le vendredi 12 octobre 1951 à 15 heures précises !

Effectivement, le 12 octobre 1951, après avoir fait ses adieux à ses gardes et à ses co-détenus, le Grand Prophète Kimbangu se frappa de trois coups de poings sur les côtes droites et gauches, puis s'étant allongé sur sa couverture placée à terre, mourut paisiblement non sans avoir au préalable prophétisé des épreuves terribles pour la Belgique et l'Occident dans les temps futurs...

Dans sa prédication, le Grand Prophète Kimbangu, annonçait souvent la libération prochaine de l'Afrique et du "Kongo" de la domination coloniale d'abord et de la domination occidentale en général par la suite. Cette libération devrait, selon le Prophète, s'effectuer en 3 étapes.

Avant sa mort, le Prophète Kimbangu créa un puissant Mouvement Spirituel, qu'il appela "Kintuadi" (= l'Union, l'Unité, la Communauté), voué à la Libération totale de l'Homme noir. Il se présentait d'ailleurs lui même comme le Sauveur de la race noire, ce qu'il réaffirmera très solennellement lors de son procès à Thysville (Mbanza-Ngungu) devant Monsieur de Rossi, président du Conseil de Guerre institué pour la circonstance. Ce que n'acceptèrent pas les Missionnaires Catholiques et Protestants, pas plus que leurs éternels alliés : Pasteurs Noirs, Abbés, Evêques et autres dignitaires religieux africains du Système néo-colonial.

Les membres du Mouvement Kintuadi du Prophète Simon Kimbangu furent l'objet de nombreuses persécutions et déportations de leur Kongo-Central natal vers plusieurs localités de l'Equateur, du Haut-Kongo et du Katanga comme Ekafela, Ubundu, Lowa, Elisabeth ville. Le nombre des fidèles du Prophète Kimbangu qui furent déportés de 1921 à 1959 dépassa les 150 000 ! Beaucoup d'entre eux ne revinrent jamais au Kongo-Central et moururent en déportation, dans les travaux forcés, sous des coups de fouet et d'interminables bastonnades !

Le Grand Prophète Kimbangu ne faisait jamais aucun compromis avec, ni n'avait jamais aucune complaisance pour, les colonialistes blancs qu'il traitait tout à la fois d'envahisseurs et d'usurpateurs.
Voici le fameux discours tenu par le Prophète Simon Kimbangu, le samedi 10 Septembre 1921, tout au début du culte matinal, vers 9 h 00 ; alors qu'il entrait dans l'enclos en rameaux, le visage grave, le regard vif, il s'adressa en ces termes à la foule :

« Mes Frères, l'Esprit est venu me révéler que le temps de me livrer aux autorités est arrivé. Tenez bien ceci : avec mon arrestation, commencera une période terrible d'indicibles persécutions pour moi-même et pour un très grand nombre de personnes. Il faudra tenir ferme, car l'Esprit de Nzambi [Yahvé] Tout-Puissant ne nous abandonnera jamais. Il n'a jamais abandonné quiconque se confie en Lui.

« Les autorités gouvernementales [coloniales] vont imposer à ma personne physique un très long silence, mais elles ne parviendront jamais à détruire l'œuvre que j'ai accomplie, car elle vient de Nzambi [Yahvé] le Père. Certes, ma personne physique sera soumise à l'humiliation et à la souffrance, mais ma personne spirituelle se mettra au combat contre les injustices semées par les peuples du Monde des Ténèbres qui sont venus nous coloniser.

« Car j'ai été envoyé pour libérer les Peuples du Kongo (Cula min-kangu mai Kongo) et la Race Noire Mondiale (Zindombe zazo). L'Homme Noir deviendra Blanc et l'Homme Blanc deviendra Noir. Car les fondements spirituels et moraux, tels que nous les connaissons aujourd'hui seront profondément ébranlés. Les guerres persisteront à travers le monde. Le Kongo sera libre et l'Afrique aussi.
« Mais les décennies qui suivront la libération de l'Afrique [les indépendances nominales des années soixante] seront terribles et atroces. Car tous les premiers gouvernants de l'Afrique libre travailleront au bénéfice des Blancs. Un grand désordre spirituel et matériel s'installera. Les gouvernants (Minyadi) de l'Afrique entraîneront, sur le conseil des Blancs, leurs populations respectives dans des guerres meurtrières où ils s'entretueront. La misère s'installera. Beaucoup de jeunes quitteront l'Afrique dans l'espoir d'aller chercher le bien-être dans les pays des Blancs. Ils parleront toutes les langues des Blancs. Parmi eux, beaucoup seront séduits par la vie matérielle des Blancs. Ainsi, ils deviendront la proie des Blancs (Nkuta Mindele). Il y aura beaucoup de mortalité parmi eux et certains ne reverront plus leurs parents.

« II faudra une longue période pour que l'Homme Noir acquière sa maturité spirituelle. Celle-ci lui permettra d'acquérir son indépendance matérielle. Alors s'accomplira la Troisième Etape. Dans celle-ci naîtra un Grand Roi Divin (Nkua Tulendo). Il viendra avec ses Trois Pouvoirs : Pouvoir Spirituel (Kinzambi), Pouvoir Scientifique (Kimazayu) et Pouvoir Politique (Kimayala).

« Je serai Moi-même le Représentant de ce Roi. Je liquiderai l'humiliation que, depuis les temps les plus reculés, l'on n'a cessé d'infliger aux Noirs. Car, de toutes les races de la Terre, aucune n 'a été autant maltraitée et humiliée que la Race Noire.

« Continuez à lire la Bible. A travers ses écrits, vous arriverez à discerner les actes de ceux qui sont venus vous apporter ce livre et les écrits ou principes moraux contenus dans ce livre. Il faut qu 'un voleur soit saisi avec l'objet qu'il a volé !

« Nous aurons notre propre Livre Sacré, dans lequel seront écrites des choses cachées pour la Race Noire et le Peuple du Kongo. Un Instructeur-enseignant (Nlongi) viendra avant mon retour pour écrire ce Livre et préparer l'arrivée du Grand Roi Divin, le Nkua Tulendo. Il sera combattu par la génération de son temps, mais petit à petit, beaucoup de gens comprendront et suivront son enseignement. Car l'arrivée du Roi sera sans pardon. Alors, il faut que les Peuples du Kongo soient instruits avant cet événement.

« Vous ne savez pas encore ce que c'est qu'une guerre spirituelle. Quand les Peuples Kongo commenceront à se libérer, tout pays qui osera attaquer le Kongo sera englouti sous les eaux. Vous ne connaissez pas encore la puissance de Ceux qui sont envoyés par Nzambi [Yahvé] Tout-Puissant.

« La génération du Kongo perdra tout. Elle sera embrouillée par des enseignements et des principes moraux pervers venus du monde Européen (Mavanga ma bisi Mputu). Elle ne connaîtra plus les principes maritaux de ses ancêtres. Elle ignorera sa langue maternelle. Alors je vous exhorte à ne pas négliger ni mépriser vos langues maternelles. Il faut les enseigner à vos enfants et à vos petits enfants. Car viendra un temps où les langues des Blancs seront oubliées. Nzambi a donné à chaque groupe humain (Nkangu wa bantu) une langue, qu 'il s'en serve comme d'une "alliance de communication" (Nsinga wa Mbila)... »
(Extraits de la Prophétie du Grand Prophète Simon KIMBANGU, Samedi 10 septembre 1921 à Mbanza-Nsanda, Kongo-Central).

Puis le Prophète Kimbangu invita tout le monde à la prière avec les mots suivants, traduits du Kikongo (extrait) :
« Prière à Vous tous les Anges du Trône Céleste, source de notre existence !
Prière à Vous les Sept Anges qui siègent à la Cour de Nzambi [Yahvé]
Prière là où se lève le soleil et là où se couche le soleil ! Prière à l'Est et l'Ouest !
Prière à Vous Nzambi [Yahvé] Créateur Solaire (Mbumba Lowa) !
Prière à Vous Gouverneurs de l'Humanité (Mpina Nza) !
Prière à Vous tous les Anges de la Terre et de l'Air !
Prière à Vous tous les Anges qui gouvernent les Eaux et le Feu ! Prière à Vous le Grand Esprit du Kongo !
Prière à Vous tous les Anges de la Guerre qui gouvernent le centre du Kongo !
Prière à Vous tous les Anges de la Victoire (Mbasi za Lunungu) qui luttent dans les quatre coins des deux et de la Terre !

Au nom de l'œuvre que vous m'avez confiée devant les deux et la Terre, je le répète trois fois : Faites que votre sainte bénédiction puisse remplir les cœurs de ceux qui se lèveront pour aider les peuples du Kongo !

Je vous le répète encore trois fois et je m'adresse à ceux qui mépriseront mon œuvre par ignorance : j'implorerai Nzambi [Yahvé] afin qu'il leur pardonne et qu'il leur ouvre la Voie de la Compréhension !

Je le jure au Nom de tous les Envoyés qui ont été tués au Kongo, en Afrique, en Asie, en Amérique et en Europe : que leurs esprits maudissent ces ignobles individus qui auront causer la mort et la désolation aux peuples du Kongo, qu'ils soient Blancs ou Noirs ! Qu'ils soient détruits et envoyés dans les Prisons Spirituelles des Cieux.

Je le répète encore trois fois devant les deux et la Terre : gare à ceux qui continuent à chercher la désolation dans les quatre coins du monde !

Venez ! Oh ! Nzambi [Yahvé], viens ! Je t'appelle ainsi que tous les Anges de la Guerre (Mbasi za Mvita), afin de conduire un combat contre ce monde des ténèbres (Nsi ya bubu) !

Gare à ceux qui continuent à renforcer l'Esclavagisme et la Colonisation des peuples Noirs !

Nzambi, tu es un Dieu Vivant. Je t'implore sans cesse (Ngieti kufio-gonena) au nom du sang versé par tous tes Envoyés, et de leurs humiliations, je te le demande, et je te le recommande, oh ! Nzambi d'Amour : viens avec les Anges des deux et de la Terre pour détruire cette humanité des ténèbres qui continue à se moquer de Votre Amour Majestueux !

Que Votre Alliance soit sanctifiée et bénissez les Peuples Kongo et la Race Noire de toute l'humanité !
AMEN [qu'il en soit ainsi] »

Nous verrons plus loin dans cet ouvrage qui sont réellement ces Anges de la Cour de Nzambi (Yavhé) que Kimbangu priait, et qui est réellement Nzambi, ce dieu "vivant", donc physique, en chair et en os. On peut dire déjà que ce ne sont rien d'autres que des Dieux Humanisés, êtres physiques, de chair et de sang, que tous les anciens d'Afrique priaient avant sa colonisation religieuse par le Christianisme.

Soyons bien conscients que cette arrivée en Afrique du Christianisme, par le canal de ses missionnaires européens, avait pour but essentiel de servir de tremplin à ceux dont le programme final était l'exploitation et le pillage effréné des richesses de l'Afrique. Ne pensez pas que le but réel des missionnaires était de nous amener l'Evangile, pas du tout ! D'ailleurs, souvenons-nous qu'étymologiquement "Evangile" veut dire "bonne nouvelle", apporter l'Evangile serait donc "apporter la bonne nouvelle"

Quelle bonne nouvelle ont-ils donc apportée ? On n'en voit aucune ! Ce qu'on ne voit que trop, hélas, c'est qu'ils ont apporté esclavage, humiliation, racisme, larmes, sang et mort. Des valeurs nobles, une spiritualité, un lien avec les cieux et l'univers ? Néant, d'ailleurs nous avions déjà tout cela de par nous-même, et ceci d'une façon belle, saine, pure et noble, les œuvres de nos Prophétesses et Prophètes tels que Kimpa Vita et Simon Kimbangu en témoignent.

Le 12 septembre 1921, le Prophète Kimbangu fut arrêté par l'autorité coloniale belge à Nkamba. C'est 18 ans plus tard, en Septembre 1939, qu'éclata en Europe la Seconde Guerre Mondiale, telle que Kimbangu l'avait annoncée. Après ce deuxième conflit interplanétaire, à partir des années 50, comme l'avait aussi annoncé le Prophète Kimbangu, le vent des Indépendances se mit à souffler sur toute l'Afrique : l'une après l'autre, les colonies européennes de ce continent se mirent à briser les chaînes de l'humiliation et de la servitude. Mais, tel encore, qu'annoncé par Kimbangu, les vrais "leaders" africains furent assassinés et remplacés par des dictateurs noirs, africains eux aussi, mais uniquement soucieux de leurs seuls intérêts personnels, ils se mirent traîtreusement au service du "néo-colonialisme".

La parole du Prophète Kimbangu était pénétrante et, de son vivant, les routes de Nkamba étaient toujours combles de monde venant de partout pour le rencontrer !

Il est aussi à noter que quand le Prophète Simon Kimbangu parle des Peuples Kongo ou du Kongo, il parle de l'ancien Royaume Kongo (Kongo Dia Ntotila), qui s'étend aujourd'hui en R.D.C (République Démocratique du Kongo, ou Kongo-Kinshasa), en Angola, au Kongo Brazzaville, au Kongo Gabon, mais aussi de tous les peuples bantous d'Afrique.

A relever également : le Prophète Kimbangu fut arrêté et emprisonné d'une manière crapuleuse et jugé à Mbanza-Ngungu (ex Thysville) de la même manière par un véritable tribunal d'inquisition, mené par le commandant italien de Rossi ; ce tribunal d'exception siégea du 29 septembre au 3 octobre 1921, sans avocat pour défendre le Prophète et quelques-uns de ses disciples, jugés en même temps que lui. Pas étonnant que Rome (l'Eglise Catholique) ait tiré les ficelles derrière les décors, pour que ce tribunal soit présidé par un italien, une pratique courante en Europe à l'époque de ces tribunaux d'inquisition ! C'est encore l'une de ses belles traditions... dont elle aimait sans doute à se glorifier dans les salons romains !

Simon Kimbangu était aussi appelé "le Samson Noir", tellement il avait résisté à maintes tortures et aux multiples tentatives entreprises pour l'assassiner. A titre d'exemple, le 3 décembre 1921, Simon Kimbangu fut transféré à Léopoldville [actuellement Kinshasa] par des soldats et un officier belge ; mais l'Administration coloniale qui n'était pas satisfaite du maintien de Kimbangu aux travaux forcés à perpétuité - elle estimait que, vivant, Kimbangu restait toujours dangereux - souhaitait se débarrasser de lui. De Kinshasa elle le fit donc transférer à Kintambo, puis ensuite à Lutendélé au bord du fleuve Kongo, et là, elle le fit mettre dans un fût contenant des produits asphyxiants. Ce fût une fois soudé, on le jeta dans le fleuve Kongo, mais, à leur grand étonnement tous les présents virent, peu après, Kimbangu remonter à la surface... sain et sauf ! On décida alors de le fusiller sur le champ, mais là aussi, à la grande surprise des tireurs, Kimbangu ne mourut pas ! On entreprit alors de l'attacher à une grosse pierre puis de le jeter ainsi une nouvelle fois dans les eaux du fleuve Kongo, mais là encore, au bout d'un moment... il sortit paisiblement des eaux du fleuve !

Peu après, le 6 décembre 1921, Kimbangu fut emmené à la prison de Kasombo à Lubumbashi, au Katanga, c'est là qu'il mourut en 1951 après tant d'années de détention durant lesquelles, en plus de son immersion journalière dans le puits d'eau salé froide, il recevait régulièrement des coups de fouet visant à l'affaiblir systématiquement.

Au demeurant, durant ces trente ans d'incarcération, plusieurs fois Simon Kimbangu apparut en différents endroits, alors qu'il était supposé être enfermé dans sa cellule à Lubumbashi ! Sur cette affaire-là, les deux sinistres compères : autorités belges et Eglise Catholique continuent à garder un secret très opaque, alors qu'il existe maints documents de témoignages attestant ces faits. Il faut absolument que les "vrais" Kimbanguistes continuent à exiger fermement que ces documents sortent des coffres-forts d'Eglise ou d'Etat.

En prison à Lubumbashi, Kimbangu annonça la date et l'heure précise de sa mort : il dit qu'il allait mourir le 12 octobre 1951 à 15 h 00 précise, et effectivement, ce jour-là et à l'heure annoncée, il mourut paisiblement. Les autorités coloniales (et l'Eglise) ont immédiatement ordonné son autopsie et à la grande stupéfaction de tous ceux qui en étaient témoins, aucun organe vital ne fut trouvé à l'intérieur de son corps ! Le mystère légendaire du Prophète Papa Kimbangu continuait... au grand désarroi du colonisateur belge et de l'Eglise Catholique Chrétienne de Rome. Puis, le corps du Prophète Kimbangu fut enterré à Lubumbashi ; des soldats et gardes de l'Autorité Coloniale furent aussitôt désignés pour garder sa tombe en permanence.

L'annonce de la mort de Kimbangu, et de son enterrement, mirent les Autorités Coloniales de la capitale Léopoldville [Kinshasa] dans un état de fête et de jubilation tel qu'un dîner fut organisé pour célébrer... ce que ces gens espéraient sans doute être la fin de leur cauchemar. Or, au beau milieu du repas, Simon Kimbangu apparut physiquement face aux convives assemblés, ce qui conduisit à une panique générale, et à la fuite de beaucoup d'entre les présents. Le seul congolais participant à ce dîner - donc le seul originaire du pays ayant vu cet événement prodigieux - fut aussitôt envoyé en Belgique avec toute sa famille, les autorités s'employant à faire le maximum pour que le secret soit gardé sur ce fait plus que troublant !

D'autres signes spéciaux se rapportant à Simon Kimbangu furent révélés en grand nombre : comme Jésus il a procédé à des "miracles", il a rendu la vue à des aveugles, il a fait marcher des paralytiques, calmé et guéri des malades mentaux, ressuscité des morts. L'une de ces résurrections, particulièrement spectaculaire, fut celle d'une jeune fille appelée Dina : elle avait alors 15 ans, elle était morte et son corps était déjà en décomposition (tel celui de "Lazare" ressuscité par Jésus), Kimbangu à travers une prière la ramena à la vie.

Comme sommairement indiqué plus haut, Papa Simon Kimbangu n'a pas cessé d'apparaître physiquement ici et là, vivant et mangeant avec ses fidèles ou des humains en détresse partout sur la planète, alors qu'il était en même temps physiquement dans sa cellule de la prison de Kasombo à Lubumbashi, au Katanga. Des apparitions-séjours du Prophète Kimbangu ont été observé à Efonda (Equateur), à Béfalé (Equateur), à Borna (Bas-Kongo) en 1942, à Makanga, à Lowa du 29 juillet au 5 août. En avril 1942, le Prophète Kimbangu apparut physiquement à Lubumbashi en cinq endroits différents mais en même temps ! Cinq Simon Kimbangu furent arrêtés à Lubumbashi en cinq endroits distincts. Ces cinq Simon Kimbangu arrêtés furent même rassemblés à Lubumbashi ! La population Brazzavilloise du Kongo Brazzaville fut aussi, au cours de cette période, témoin d'apparitions physiques de Simon Kimbangu. Mais il apparut également en Angola, au Nigeria, et en Europe ! Oui, en Europe aussi !

Un jour, dans sa cellule à Lubumbashi, Kimbangu décida de faire un long voyage, il demanda alors au prêtre belge présent de toucher simplement son vêtement, ce qu'il fit, Kimbangu prononça quelques mots, ils furent aussitôt transporté dans une "nuée" et visitèrent, sur tous les continents et à travers toute la planète, des milliers de familles dont celle du prêtre belge, ensuite ils se posèrent à Rome, au Vatican, et là ils virent beaucoup de choses, puis ils revinrent à Lubumbashi... en prison. Le prêtre belge fut ensuite et définitivement rapatrié en Belgique, après qu'il eut rapporté tout cela à ses supérieurs ! Mais finalement, ce prêtre, bien qu'extradé répandit un peu partout son témoignage... parce que d'avoir vécu cet événement d'omniprésence sur la planète, c'était plus fort que lui. Comme quoi, ce n'est pas indéfiniment qu'on peut cacher la vérité.

Le 29 juillet 1952, neuf mois après sa mort, le Prophète Kimbangu apparut physiquement à Lowa devant ses fidèles, il resta là 8 jours parmi eux, en mangeant, buvant comme chaque personne, et en prêchant beaucoup. Puis ses fidèles et tous les gens présents ont pu assister après ça à une ascension majestueuse de Kimbangu montant dans les cieux : en pleine nuit, dans une béatitude indescriptible pour tous, le Prophète Kimbangu fut aspiré dans la nuée d'une boule de feu.

Avant de clôturer ce sous-chapitre concernant le Prophète Simon Kimbangu, voyons un peu, de plus près les prophéties les plus importantes qu'il annonça entre 1921 et 1951, par ordre chronologique :

-la libération des Africains à travers les premières indépendances nominales des années 60, qui ne seront que de fausses indépendances, une illusion d'indépendance ;

-l'arrivée au pouvoir de dictateurs en Afrique qui serviront leurs propres intérêts et ceux des anciens maîtres coloniaux (l'Occident) ;

-la montée de guerres meurtrières (guerres civiles) partout en Afrique peu après les Indépendances nominales des années 60 ;

-l'exode de beaucoup déjeunes africains vers les pays des occidentaux pour fuir l'oppression et la misère ;

-puis, finalement, la conquête dure et héroïque d'une deuxième « vraie » Indépendance pour l'Afrique entière (« Dipanda Dianzole »), qui sera conduite par la venue d'un Prophète, le « Nkua Tulendo », dont le verbe sera à la fois Religieux, Scientifique et Politique. Ce grand Chef sera Roi (de la Maison de David, de la maison d'Israël) et Prophète, il rétablira le lien rompu entre Nzambi [Yahvé] et les peuples noirs, il restaurera la véritable Paix et la Concorde en Afrique. Il viendra conduire une réelle décolonisation spirituelle, économique et politique de l'Afrique noire, il viendra restaurer le Royaume Kongo, il viendra restaurer les frontières africaines naturelles d'avant l'ère de la colonisation (d'avant la conférence de Berlin de 1884). Il viendra avec un message puissant dans un Livre, ce livre sera repoussé dans un premier temps, mais finira par être accepté par tous. Un de ses instructeurs-enseignants (le « Nlongi ») viendra l'annoncer préalablement dans un autre écrit.


d. Le Prophète Simao Toko

Un autre cas de venue d'un Prophète sur le sol africain c'est l'avènement de Simao Toko dans le Nord de l'Angola, cette partie de l'Angola qui faisait partie du Royaume Kongo avant le découpage arbitraire de l'Afrique lors de la Conférence de Berlin. De nos jours la religion du colonisateur, le "Catholicisme Chrétien" est une force sociale en Angola. L'Angola, où la langue du colonisateur "le portugais" règne en maîtresse absolue. On y entend pratiquement pas du tout de langues authentiques africaines comme c'est le cas dans d'autres pays pourtant voisins, et c'est logique : le pays est à 97 % catholique, donc à 97 % sous l'influence de la religion du colonisateur, et par conséquent aussi de la langue de ce colonisateur. Beaucoup de jeunes dans les grandes villes ne parlent d'ailleurs plus que le portugais !

L'Eglise Kimbanguiste n'y a été approuvée officiellement par le Gouvernement Angolais qu'après que ses membres aient accepté, sous la pression de ce gouvernement, d'arrêter leurs cérémonies contre le Vatican. Les Kimbanguistes n'auraient jamais dû accepter ce renoncement, ils auraient dû continuer leurs célébrations anti-Vatican pour rester dans la lignée de leur Prophète Fondateur.

Mais, il y a aussi en Angola, de nombreux "Tokoïstes" (il y en aurait 3 millions). On ne peut que dire "nombreux" car leur nombre est un mystère, un point d'interrogation, les autorités ne voulant pas vraiment que le chiffre exact de cette tranche de population soit connu. Car la vie, les œuvres, les paroles de Simao Toko ont hautement dérangé les autorités coloniales et leurs valets angolais... ainsi que le Vatican, bien évidemment.

Qui est ce fameux Simao Toko ? Il est né au début du siècle, en février 1918, dans le nord de l'Angola, à Kisadi Kibango. Dès son plus jeune âge il se rebelle face à l'enseignement colonial, et réclame qu'on restaure l'histoire noire de l'Angola. Le Mouvement dont il va prendre la tête s'appelle "Kitawala", et ses adeptes seront pourchasser par le pouvoir colonial belge au Kongo Belge.

Simao Toko sera arrêté et jeté en prison. Mais l'homme avait quand même eu le temps de fonder son Mouvement Religieux, qui s'étendait déjà du Kongo à l'Angola. Son emprisonnement n'empêchera pas la survie de ce Mouvement très structuré et fort solide. D'ailleurs le Kitawala organisa régulièrement des actions de résistance, de grèves, de désobéissance civile dans le Nord de l'Angola.

En prison au Kongo Belge, en 1950, Simao Toko et ses adeptes furent souvent maltraités et insultés ; or, il advint que lors de l'une de ces vagues d'insultes dont le chef belge de la prison, un certain "Pirote", était coutu-mier, Simao Toko leva ses mains et demanda aux belges de compter ses doigts (dix doigts), et il leur dit, c'est exactement le nombre d'années qu'ils vous reste ici chez nous ; je vous donne encore dix ans, pas moins, pas plus, pour quitter ce pays, dix ans ! Il ajouta que son armée les survolerait alors.

Cette histoire est bien connue partout en Afrique Centrale. Cela se comprend aisément, car des milliers de gens ont été témoins d'une chose exceptionnelle le 4 janvier 1959 (on arrivait bien au 10ème doigt de l'annonce de Simao Toko !). Ce jour-là des milliers de citoyens de la commune de Léopoldville [Kinshasa] - et beaucoup d'entre eux sont encore vivants aujourd'hui - ont vu quelque chose de si magnifique qu'aujourd'hui encore la date du 4 janvier est un jour férié public à Kinshasa pour commémorer cet événement. Voici ce qui s'est passé : le peuple kinois (les habitants de Kinshasa) se trouvait, à ce moment-là, en pleine rébellion contre les autorités coloniales belges. Mais ce jour-là reste mémorable, parce que des Kinois... des milliers de Kinois ont vu "les Chérubins" apparaître devant l'armée coloniale belge. Des milliers de citoyens de Kinshasa ont vu une armée d'environ un millier de très petits êtres, d'une taille d'enfant ou de nain, ayant des corps très imposants, très musclés. Ces petits êtres, à l'apparence humaine bien que très petits, étaient dotés d'une force exceptionnelle ; des témoins ont vu certains d'entre eux soulever des camions de 5 tonnes avec un bras !

L'armée coloniale belge ouvrit le feu sur ces Chérubins, mais ce fut sans effet aucun ! Terrifiée l'armée coloniale belge pris la fuite, et aussitôt, les petits êtres disparurent comme ils étaient apparus ! Ce jour, le 4 janvier 1959 est appelé à Kinshasa "le jour de Cherubim et Seraphim" !

Et quelques mois après cet événement incroyable, le 30 juin 1960, le Kongo belge accéda à l'Indépendance.
C'est donc exactement dix ans après la prédiction faite, en 1950, par Simao Toko, que les belges chassés furent également contraints de quitter le Kongo Belge, en 1960 !

A sa libération, Simao Toko reprit son bâton de pèlerin pour continuer sa mission en Angola. Son action aboutira au fait que les missionnaires protestants et catholiques iront à nouveau le dénoncer aux autorités coloniales, l'accusant de subversion et de prosélytisme auprès des Noirs, ajoutant qu'il faisait de la propagande politique afin d'inciter les Angolais à la rébellion. Dès lors, la vie de Simao Toko consistera essentiellement à s'efforcer d'éviter qu' on le tue. Il sera emprisonné en Angola, d'où les Autorités portugaises le déporteront en tout neuf fois ; il passera ainsi 12 ans de sa vie dans neuf prisons différentes ! Cet acharnement des autorités n'avait qu'un but : réduire son influence et anéantir son Mouvement Religieux. Tout cela en vain, le Tokoïsme continuant à se répandre avec succès.

Dès lors, les Portugais décidèrent de mettre sa tête à prix, ils envoyèrent Simao Toko aux travaux forcés indiquant le montant de la récompense offerte à qui pourrait et oserait le tuer.

Voici le témoignage du Pasteur Adelino Canhandi qui était cuisinier à Caconda où Simao Toko était aux travaux forcés au moment des faits, témoignage recueilli en 1994 :

« J'étais en train de cuisiner quand j'entendis une voix m'appeler, c'était Simao Toko. Une fois sorti dehors je fus surpris, Toko me demanda de rester là et d'observer, et il me dit uunefois de plus le fils de V homme sera testé", alors je regardai curieusement. Un des gardes portugais vint vers Simao Toko et lui dit "Hey Simao, tu vois ce tracteur là-bas ? Il y a des mauvaises herbes qui l'empêche de tourner, va le nettoyer". Une fois Simao en-dessous du moteur du tracteur, le garde le mit en route ce qui activa automatiquement les grandes lames de l'engin. Simao Toko fut instantanément coupé en plusieurs morceaux. J'étais terrifié. Changeant de sens, le garde mit en marche arrière pour constater les dégâts, le deuxième garde qui était là faisait un signe de victoire, indiquant qu'ils avaient réussi. Puis je vis, avec les deux gardes portugais le corps de Simao Toko se recomposer et se lever. Je n'en croyais pas mes yeux, les deux portugais prirent la fuite. Depuis ce jour, moi et ma famille, sommes des fidèles de Simao Toko ».

C'est ce jour-là que Simao Toko révéla sa mission dans le cadre d'un plan Céleste.

Durant la période où il fut déporté pour la neuvième fois, lors de son séjour à Luanda, le Pape Jean XXIII dépêcha du Vatican à Luanda deux émissaires pour rencontrer Simao Toko et lui délivrer un message personnel. Un des deux émissaires tomba malade en arrivant à Luanda et dû être hospitalisé, l'autre fut reçu par Simao Toko, et il lui dit : «je suis un émissaire du Pape Jean XXJII, qui m'a personnellement mandaté pour vous posez une seule question : "Qui êtes-vous ?" ». Nous sommes alors en 1962 (deux ans après la date limite où le Vatican aurait dû divulguer le troisième secret de Fatima).

Simao Toko répondit ainsi : « Je suis surpris qu'une personne aussi haut placée que le Pape soit intéressée par ma personne au point de vous faire effectuer un voyage de 8.000 kilomètres, juste pour me rencontrer. La réponse que vous devriez donner à votre Maître se trouve dans la Bible, en Matthieu XJ, 2-6 ».

Voyons un peu ce qu'il y a dans ce passage de Matthieu : «Et Jean dans sa prison entendit les œuvres du Christ ; il lui envoya dire par ses disciples : Es-tu celui qui vient ?, ou si nous en attendons un autre ?" Jésus leur répondit : "Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et que vous voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts se relèvent, les pauvres sont évangélisés. Et magnifique celui que je ne scandalise pas. »
[La Bible, Nouveau Testament - Bibliothèque de la Pléiade, Mtt. XI, 2-6]

Au fait, Simao Toko, sachant que le Pape s'appelait "Jean", s'est tout simplement mis ici à la place de Jésus répondant à Jean... se mettant donc, à la place du Prophète qui répond à un homme. Et, le Jean, qui avait entendu parler des oeuvres du Prophète depuis sa prison, devient ici, le Pape Jean XXIII qui, depuis sa prison ("le Vatican") a entendu parler de ce Prophète noir. Intéressant n'est-ce pas ? Qu'attendons-nous pour en parler dans nos cours de religion ?

Après cela le Pape contacta le dictateur Portugais Antonio de Salazar. Et, le 18 juillet Simao Toko fut à nouveau déporté, cette fois-ci pas dans un coin isolé en Angola, mais au Portugal. Et pour ce faire un avion de la force aérienne portugaise fut utilisé. Abord de cet avion il y avait un prêtre catholique, des membres de la police secrète de Salazar (le PIDE-DGS), le pilote et le copilote. Leur mission était de voler au-dessus de l'Atlantique et de jeter Simao Toko de l'avion loin dans l'océan profond. Le rôle du prêtre catholique étant de briser par des prières les pouvoirs "magiques" de Simao Toko.

Selon les témoignages recueillis, au moment où les agents de Salazar allaient exécuter leur plan, Simao Toko ordonna à l'avion de s'arrêter... et l'avion s'arrêta, ne bougea plus, il resta totalement immobile ! Toutes les personnes qui étaient à bord commencèrent à demander pitié à Simao Toko. Ce dernier leva les mains vers les cieux, prononça quelques mots, et l'avion bougea à nouveau. Et, Simao Toko, devint au Portugal "un prisonnier politique exilé".

Il est intéressant de noter qu'il existe également beaucoup de témoignages de "miracles" faits par Simao Toko, comme ce fut le cas pour Simon Kimbangu. Nous verrons plus loin dans cet ouvrage l'origine ou plutôt par qui ces Prophètes étaient aidés pour accomplir ces choses "miraculeuses".

A maintes reprises les hommes de Salazar tentèrent de tuer Simao Toko, mais en vain. Il était comme invulnérable, on pourrait inventer pour lui un mot nouveau : "intuable". A un moment donné, différents docteurs d'Europe furent invités au Portugal afin de faire une opération sur le corps de Simao Toko, sous le prétexte d'évacuer une soi-disant tumeur de sa poitrine ; cette intervention eut lieu dans un hôpital civil local. Les intervenants ouvrirent sa poitrine du côté gauche du centre de sa poitrine, et ils enlevèrent son cœur qui battait encore. Simao Toko resta là comme mort, son corps couvert de sang chaud. Son cœur fut mis dans une boîte métallique et emmené dans un laboratoire situé dans une chambre voisine. Il y fut examiné, et les docteurs n'y trouvèrent rien d'anormal, c'était un organe, un cœur normal. Or, ils l'avaient incontestablement tué dans cette expérience macabre. Ils furent donc terrifié quand ils virent Simao Toko se lever de la table d'opération, ouvrir ses yeux et leur dire, avec le corps ouvert : « pourquoi me persécutez-vous de la sorte ? Rendez-moi mon cœur ».

Et, selon les témoignages Simao Toko remit son cœur à sa place et ferma sa poitrine.

Simao Toko fut relâché, et annonça avant de rentrer en Angola que le règne du colonisateur était terminé, il rentra le 31 août 1974 en Angola, et un an plus tard, le 11 novembre 1975 l'Angola gagna son Indépendance du Portugal.

Durant les années suivantes, des milliers de personnes ont pu observer la grande cicatrice de sa poitrine, et des milliers de gens ont témoigné que c'était une vue horrifiante, qu'on voyait presque son cœur battre dans sa poitrine à travers cette énorme cicatrice.

Durant la nuit du 31 décembre 1983 au 1er janvier 1984, la mort de Simao Toko fut annoncée par les médias angolais ; à ce moment-là un tonnerre d'une force séismique et des pluies torrentielles éclatèrent au-dessus de Luanda, capitale de l'Angola. Des rumeurs circulèrent à Luanda disant que c'était les conséquences de la mort du Prophète.

Un homme, un homme fort de l'entourage du Président de la République d'Angola, Neto, homme qui avait férocement combattu les Portugais pendant 14 ans, était alors l'officier Commandant Paiva. Après avoir entendu que Simao Toko était décédé il se précipita vers l'endroit où le corps était exposé au public, il chercha son chemin à travers une foule de dizaines de milliers de gens, et arriva auprès du corps, alors il demanda la parole et dit : « ce n'est pas vrai que Simao Toko est mort, car il est invulnérable ! ». Or ce même officier avait reçu, 7 ans plus tôt, des ordres pour éliminer pour de bon Simao Toko.

Il témoigna à ce moment-là devant la foule qu'auparavant il avait enlevé avec ses hommes Simao Toko, l'avait emmené à un endroit secret, où ils l'avaient méthodologiquement torturé à mort, agissant sur lui comme un boucher sur une carcasse de viande, qu'ils avaient sévèrement endommagé sa tête, puis ses bras et ses jambes, puis écarté sa poitrine de l'abdomen, ensuite mis le corps dans un grand sac et fermé le sac avec une corde, et enfin caché le tout dans un endroit fermé et secret. Puis, qu'après trois jours ils étaient retournés pour voir le sac et le corps, ou ce qu'il en restait, pour le prendre et le jeter à l'Océan pour les requins.

Or le sac avait disparu mais soudain ils entendirent, surplombant leurs voix, un bruit comme celui de nombreuses eaux et puis une voix dans ce bruit leur parla disant : « Qui cherchez-vous ? Je suis là» ... c'était bien Simao Toko, en chair et en os, vivant ; à sa vue ils s'étaient aussitôt enfuis en disant : « C'est Dieu, cet homme est Dieu ».

Et aujourd'hui le Commandant Paiva était là devant le corps de Simao exposé au public, et il refusait de croire que maintenant il était vraiment mort. Ceci se passait en 1984, donc, il n'y a pas tellement longtemps. Beaucoup de gens, encore vivant aujourd'hui, témoignent avoir tué Simao Toko, et l'avoir revu vivant après. Beaucoup d'autres personnes, elles aussi vivantes aujourd'hui, témoignent l'avoir vu mort, abattu, et l'avoir ensuite vu, de leurs yeux, revenir à la vie.

Autre événement assez surprenant survenu en Afrique, mais justement "drôlement intéressant" ce fut le témoignage du Pape Jean-Paul II, lors d'un séjour en Afrique centrale vers le début des années quatre vingt, car là, il aurait déclaré ceci : « Dieu est noir, Jésus-Christ est africain et II vit au nord de l'Angola ». Allez donc y comprendre quelque chose ! Il y a quand même de quoi se poser pas mal de questions à ce sujet. On peut, en tout cas en déduire plusieurs informations à retenir, et notamment celle-ci : l'Eglise nous cache beaucoup de choses, elle nous ment le plus souvent et ne dit de la vérité que ce qu'il lui convient de nous dire... en résumé, elle manipule les masses à sa guise et uniquement au profit de ses intérêts à elle !

D'ailleurs, à propos de mensonges et tromperies, qu'est-ce qu'on aimerait bien savoir quel est le troisième secret caché de Fatima, malheureusement le Vatican, reniant ses promesses antérieures, refuse encore aujourd'hui de révéler ce message au grand jour ! On aimerait pourtant beaucoup l'entendre nous la délivrer cette vérité qu'il connaît mais qu'il tient à garder secrète envers et contre tout. Cacher la vérité, c'est une maladie endémique... dont la Papauté est atteinte maintenant depuis 20 siècles !

Est-ce que Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Simao Toko étaient des Prophètes du même ordre que Moïse, Jésus, Bouddha, Mahomet, Joseph Smith (des Mormons), Krisjna, etc. ? Bien évidemment que oui ! Il y eut de nombreux Prophètes qui vinrent dans les temps reculés, tous ces Prophètes sont un, indivisibles et complémentaires. Ils sont chacun un maillon d'une même chaîne, et sont un dans leur orientation principale, celui-ci étant venu achever ou compléter l'œuvre celui-là, l'un annonçant la venue d'un autre qui lui succédera.

Chaque Prophète est venu sur Terre apporter un message adapté à son époque et à son milieu. Le message de chacun d'eux a toujours correspondu aux besoins de chacune des populations locales différentes auxquelles le prophète ou la prophétesse s'adressait. Ainsi pour les noirs africains - comme pour d'autres d'ailleurs - le message qui leur était destiné était-il adapté aux besoins de l'époque et du milieu qui était le leur ; Kimpa Vita et Simon Kimbangu ont donc chacun(e) apporté un message convenant parfaitement aux besoins du peuple noir au milieu duquel ils vivaient.

Ce sont nos Prophètes à nous, que les noirs "colonisés" le veuillent ou non et leurs messages sont encore toujours d'actualité pour nous, de par le fait que la grande masse des noirs est encore mentalement et spirituellement "colonisée" ! La preuve en est que le nombre de noirs "chrétiens" est terriblement élevé, de part le monde !

J'entends déjà certains noirs dire, après lecture de ce qui précède : « oui, c'est bien que Osiris, Kimpa Vita et Simon Kimbangu, Simao Toko étaient des Prophètes Noirs Africains, mais ce n'est pas la même chose que Jésus qui, Lui, est "le fils de Dieu", "le Messie", "le Sauveur", donc celui sur qui tout repose. Franchement ils me font rire : ils leurs manquent vraiment beaucoup de connaissances en la matière ; ils ont tout simplement avalé tout cru et à grandes cuillerées les "faux" enseignements dispensés à ce sujet par "leurs pères"... blancs. Qu'est ce qu'ils peuvent être naïfs à ce niveau-là ! De grâce que ces noirs colonisés cessent de prendre leur manque de culture pour un argument. »

Mensonge, tromperie... Jésus n'est pas du tout "le Messie". Désolé pour vous, tous les Noirs Chrétiens, il va falloir vous réveiller et accepter qu'il ne soit pas "le Messie", accepter qu'on vous a toujours mené sur une faute piste, qu'on vous a menti volontairement à ce sujet. Vous trouverez l'explication de ce que je vous affirme là dans la page le messie annoncé n'est pas Jésus

:: Les commentaires des internautes ::

AMY le 09/06/2007
J'AI ADORE TON ARTICLE; ET CA M'A PERMI D'EN AOORENDRE DAVANTAGE SUR LA CHRETIENNETE MEME SI JE SUIS PAS UNE CHRETIENNE MAIS D'EN APPRENDRE PLUS SUR NOTRE HISTOIRE ET TOUT CE QUE T'AS ECRIT FAIT REFLECHIR ET PERMET DE COMPRENDRE BEAUCOUP DE FACE CACHEE DU MONDE AFRICAIN EN GENERAL.....CONTINUE COMME CA
Mon blog


Anonyme le 15/10/2009
Je viens de lire votre article et vous assure que vou avez raison. A chaque milieu es prophetes. Nous avons eu bel et bien des prophetes en Afrique. Malheureusement, nul n'est prophete chez soi dit-on. Jesus etait desavoue par ses patriotes.
Le grand plus probleme pour le Africains est l'ignorance de leur propre histoire et croyances ainsi que l'adoration de leur prophetes.
Valorisons nos religions en nous referant a la Bible qui a ete mal interpretee pour nous desorientes et nous exploiter par les coloniateurs evangelistes et missionaires.


Bouba le 02/01/2010
voici enfin la réponse à toutes mes questions! Je me suis toujours torturé en pensant que je blasphémais rien que par ces interrogations qui ne cessaient d'ébranler ma foi! A présent je sais quelle voie suivre; merci beaucoup pour ton article libérateur!


Anonyme le 10/09/2010
trés interessant le discours du prophete kimbangu,mais dans la traduction du mot nzambi il ya une petite erreur car le nzambi dont parlait kimbangu n'est pas yahvé mais plutot le mfumu wamba le dieu que nos ancetres priaient avant l'arrivé de l'homme blanc, c'est lui kon appelle aussi nzakomba ou maweja nangila ou nzambi a mpungu.yahvé n'est autre que le dieu des heébruex ou dieu d'israel .


Andréoulis le 20/10/2010
J'ai dévoré avidement ce document, pasionnant. Je suis raëlienne et notre mouvement milite en Afrique pour le rétablissement des chefs coutumiers, pour l'apostasie de la religion des colonisateurs et le retour aux divinités ancestrales. J'ai lu l'ouvrage de Kayem Uriel Nawej ( le Nlongi) " poison blanc " qui retrace l'histoire des ancêtres africains.


manguele le 17/11/2011
que les africains se reveillent il est temps,car ils sont perdus .merci frere kamit il faut apprendre ça dans nos ecoles en afrique


anonyme le 22/08/2012
Je suis tombée par hasard sur votre blog. Les idéologies aussi sont des mensonges montés de toute pièce mais elles donnent corps à l'état nation, la justice des hommes, la société des hommes, et pourtant, ce qui n'empêche la corruption, malgré les règles et la croyance dans l'état de droit. Par contre le religion chrétienne a donné beaucoup à la science ; sciences militaires, sciences médicales, sciences nucléaires, sciences sociales, le tout à partir de cette croyance en la chrétienté, avec les apports des autres croyances religieuses, la médecine ayurvédique, les médicaments, la science gémologique, l'astronomie, la science navale, l'architecture, la géométrie, tout cela à partir des croyances religieuses et leurs lois, et même ce qu'on appelle l'ésotérisme. En matière de moeurs, les lois religieuses d'ordre morales ont inspiré la morale publique et politique, les règles de santé publique. Le christ, si vous refusez qu'il ait existé est tout de même un concept hautement scientifique, de même que la pasteurisation, qui vient de l'idée de pasteur. Vous ne pouvez remettre en cause à cause des hérétiques et des manipulateurs de pouvoirs, tout ce que les croyances ont apporté aux civilisations en matière de connaissances, ne serait-ce qu'en sciences humaines. Pourquoi ne fustigez-vous pas les hommes des cavernes avec leurs croyances et leurs dessins sur les parois des cavernes ? Est-ce l'humanité que vous remettez en cause en fin de compte pour vouloir remplacer le fonctionnement des êtres humains par des machines ?


Armand Ndeko le 02/10/2012
Je suis fier de partager avec vous ces vidéos pour la conscientisation des peuples:
https://www.youtube.com/user/rastatmadu/featured


simeon le 10/10/2012
il est claire tout ceci . sinon posons la question de savoir pour koi dans les cercle un noir n'a jamais ete pape? tout simplement parce que tout est organiser pour


Gnénéka le 27/03/2013
que nous sommes tous sans exception" mais les plus «rabaissés jusqu'à l'état d'animal»: rien que pour les relever. Il agit à travers des "Hommes" ( mâle ou femelle) qu'il prédisposionne pour ses œuvres terrestres (sa trenscendance)... Merci!